Omnicanal, cross-canal… Les différentes stratégies de communication

Omnicanal, cross canal

Entre le monocanal et le no canal, du chemin a été parcouru. Avec la montée d’internet et du digital, on admettra facilement que notre façon de consommer et de réagir aux différentes campagnes de publicité n’est plus du tout la même. Mais est-ce réellement le cas ?

Le monocanal

Le nom est assez évocateur : la stratégie monocanale traduit le fait de se focaliser sur un canal précis, sans en utiliser d’autre. En réalité, il s’agit de la base des stratégies de communication. En effet, afin de bien comprendre un support, il paraît logique de l’étudier de manière indépendante.

Le multi-canal

Les stratégies multi-canal utilisent quant à elle plusieurs canaux, mais sans créer de lien entre eux. Chaque canal sera donc traité de manière indépendante et unique. Les campagnes créées pour la télévision ne seront pas les mêmes que celles pour la radio ou la presse.

Le cross-canal

Le cross-canal est intéressant parce qu’il permet de de mettre en relation les différents canaux, et donc de faire en sorte qu’un canal renvoie la cible vers un autre puis un autre. Cette stratégie permet de réellement jongler entre les différents canaux et d’utiliser les liens qu’ils peuvent avoir entre eux.

L’omnicanal

Avec l’omnicanal, l’approche de communication envisagée est celle qu’on appelle au choix 360, ou globale ou encore intégrée. Cela signifie simplement que l’on intègre le digital à la stratégie globale. Or le digital a souvent été confié à des agences spécifiques qui construisent leur stratégie sans forcément de lien avec celle des autres canaux. L’omnicanal prône une pensée globale, et part d’abord d’un concept qui se déclinera ensuite sur les différents canaux, au lieu de partir du canal et de créer la stratégie ensuite.

No canal

Une nouvelle stratégie commence à prendre de plus en plus d’ampleur. Il s’agit du « no canal », ce que l’on pourrait traduire par “moins de pub, plus de contenu”. Si l’idée paraît radicale, en réalité, elle découle d’une transformation de notre manière de consommer la publicité. Le no canal propose alors de faire moins de publicité mais de créer du contenu intéressant. Le consommateur croulant sous les messages publicitaires, il faut alors se différencier par une plus-value.

Au final, toutes ces stratégies coexistent les unes avec les autres, et elles se complètent plus qu’elles ne s’opposent. Et si la façon de communiquer change, le fond reste.