Retour sur la matinée “Qualité de vie au travail et innovation”



Ce matin, nous nous sommes rendus dans les locaux de Bouygues afin d’assister à une conférence sur le thème : “Qualité de vie au travail et innovation : comment attirer les bons talents et booster la satisfaction de ses collaborateurs ?”. Retour sur une matinée bien chargée.


Quelques chiffres


En France, la qualité de vie au travail est un vrai sujet. En effet, les cadres en France ne prennent que 3,5% des vacances qui leurs sont dues. Il y a eu 215 000 recrutements en 2017, et 83% des ETI ont du mal à trouver des talents.


Etude Indeed


Face à ce constat la société Indeed s’est penchée sur la question. Il en ressort un contexte pénurique de Talents et de Cadres. En effet, 5% des effectifs contribuent pour 26% des richesses. Très logiquement, tout le monde se bat pour ces 5%, que l’on peut qualifier de “transformational talents” : ils comprennent l’enjeux IA et de la transformation digitale. La question pour les entreprises est alors de les repérer et de les attirer .


Transformational talents


Ce sont des personnes qui sont capables de régler des problèmes. Ils sont dotés d’une agilité intellectuelle qui leurs permets de comprendre la “Big Picture”. Car aujourd’hui, vous ne pouvez plus être efficace en entreprise en se focalisant uniquement sur un processus. Cette capacité à entrer en action est déterminée par 3 points principaux :
  • La capacité à travailler en équipe
  • La qualité intrapreunariale (esprit d’entreprise), caractérisée par la persévérance et l’autonomie
  • Le plus important, la passion


En revanche, ce qui ne les caractérisent pas du tout, c’est étonnamment la discipline. Une autre question se pose, comment recherchent ils du travail ? Une idée reçue veut qu’ils soient passifs. Or de nos jours, tout le monde est en veille. Ils ont tous envies de se faire leur propre opinion de qui sera leur employeur. Ils n’ont confiance que dans des sources directes et les statistiques prouvent qu’ils peuvent être volatiles.


Quid de l’attractivité des entreprises ?


Selon l’étude Indeed, 65% des collaborateurs qui viennent de prendre un poste sont encore en veille ce que l’on peut expliquer par le FOMO (Fear of Mising Out), ou “la peur de rater une opportunité”.
Afin d’attirer toujours plus de Talent, l’Allemagne a trouvé une solution : la notation.  En moyenne, 2 salariés sur 3 notent son entreprise. Ils partent donc du principe que chaque personne est aujourd’hui un média, et donc qu’elle est importante même si elle ne reste pas 20 ans dans la même entreprise. C’est pourquoi il faut faire très attention à la manière dont les choses se déroulent et partir du principe que l’employé, même une fois parti, est un ambassadeur de votre entreprise.
Autre point important, les valeurs. Nous sommes tous aujourd’hui en quête de sens, il sera donc plus facile de se tourner vers une entreprise qui permet l’intrapreunariat, ou d’autres modalités facilitant la vie des collaborateurs.


Comment retenir les Talents


Attirer les Talents chez soi, c’est bien. Les garder, c’est mieux. C’est bien le souci principal des entreprises aujourd’hui. Pour commencer, l’idée est de ne pas jouer sur la longévité, mais plutôt de voir comment les choses se déroulent au quotidien. Pour cela, c’est le management qui doit changer. Il doit intégrer les codes du digital et doit aussi changer la manière dont il gère des collaborateurs de tout âge, ce qui n’est pas évident.


L’humain dans un monde dominé par l’IA


Place de l’être humain dans la boîte de demain est un sujet qui préoccupe beaucoup les entreprises comme les Talents. Il faut donc que les entreprises se préparent et s’adaptent à ce changement imminent. Les futurs métiers devront accompagner l’IA et il faudra miser sur d’autres types d’intelligence sur lesquelles on ne mise pas. Cela représente un bouleversement énorme, puisqu’aujourd’hui, 80% des tâches en entreprise sont répétitives.


Vers un nouveau management


Le nouveau manager est un algorithme. Toutes les tâches qui lui incombaient autrefois vont aujourd’hui progressivement être prises en charges par l’IA. Il y a donc des nouvelles attentes du rôle d’un manager : coach, mentor, facilitateur de carrière, d’expression des Talents, etc. Il faut qu’il aide ses collaborateurs à trouver leur voie qui doit être unique. Il faut que s’instaure une relation de confiance au delà même de l’expérience de travail. Avant le manager avait la connaissance du comment, mais internet l’a rendue obsolète. Le manager aujourd’hui doit avoir une posture du pourquoi et ne pas expliquer le comment. Il faut également humaniser le management, montrer que lui aussi peut se tromper. C’est très important de donner le droit à l’erreur à ses collaborateurs, afin de mieux les faire progresser.


Quête de sens et de valeur


Il faut donner de la valeur à ses collaborateurs. Que ce soit via la santé, le sport, le knowledge ou la pédagogie, il faut donner du sens au “pourquoi”. En effet, 47% des collaborateurs sont prêt à quitter leur entreprise pour un environnement inspirant. Il faut donc instaurer un climat agile et flexible, et partir du postulat que le travail ce n’est pas “un lieu où je me rends”, mais c’est “une activité que j’exerce”. La confiance doit également se donner de manière à priori et non plus se gagner.


Les intervenants : Philippe Cuenot, Directeur Central Ressources Humaines Innovation et Développement Social du Groupe Bouygues, Nicolas Wolikow, co-fondateur et CEO de Qare, Olivier, co-fondateur de LOptimisme.com, Arnaud Devigne, Managing Director France chez Indeed.