La journée de la femme digitale 2018

 

 

Le 17/06, c’était la 6° édition de la Journée de la Femme Digitale, organisée par Delphine Remy-Boutang.  Les différentes présentations ont mis en avant que les femmes digitales étaient…

Peu nombreuses

Aujourd’hui, il n’y a que 28% de femmes dans le secteur du numérique. Et on compte seulement 10% de femmes à la tête d’une start-up tech. L’absence de femme dans les secteurs numérique et digital est un réel enjeu social et économique : en effet, trop peu de femmes osent s’engager vers des métiers techniques, considérés comme “masculins”. Il y a un véritable travail de changement des mentalités à faire, d’autant plus qu’il y a une vraie pénurie de talent technique.

Peu confiantes

On reproche souvent aux médias de ne pas faire appel à beaucoup d’expertes et de privilégier leurs homologues masculins. Or ce n’est pas tant que l es médias ne souhaitent pas convier ces différentes expertes, mais surtout qu’elles déclinent bien souvent l’offre, ne se sentant pas suffisamment légitimes. Il s’agit d’une construction mentale que l’on pourrait rapprocher du « syndrome de la bonne élève ». Les femmes auraient une conscience plus aiguë des attentes et donc une peur plus importante de mal faire. Cela se ressent notamment lors des levées de fonds. 67% des entrepreneuses préfèrent les éviter, et 75% d’entre elles privilégient l’apport personnel comme moyen de financement principal. Et lorsqu’elles décident de lever des fonds, elles lèvent jusqu’à 2 fois moins que les hommes.

Entrepreneuses et intrapreneuses

Sur plus de 1000 femmes interrogées, 2 femmes sur 3 souhaitent créer leur entreprise. Et force est de constater que les choses ont changé pour le meilleur : aujourd’hui, 80% des femmes pensent que le genre ne joue plus aucun rôle dans le fait d’entreprendre. La formation non plus, puisque 82% d’entre elles n’en ont pas. C’est donc soit par elles même, soit à travers leur.s associé.e.s qu’elles trouvent les compétences manquantes. Et pour les femmes salariées, 92% souhaiteraient avoir accès à une formation afin de développer leur connaissance.

Mais surtout…

Elles changent le monde

 

 

Chiffres issus de l’étude « Elles changent le monde » menée par Capgemini et La French Tech

Bonus – Et si vous ne savez toujours pas ce qu’est une Femme Digitale, Guillaume Meurice a posé la question à certaines participantes :